À l’avenir, un mémorial devrait rappeler à la Suisse les victimes du national-socialisme. Un concept propose la création d’un lieu de mémoire, mais aussi de transfert du savoir et de réseautage.

Il existe en suisse près de soixante petits monuments privés rappelant la shoah, les crimes du national-socialisme et leurs victimes. Toutefois, on ne trouve pas de monument officiel national – commémorant les nombreuses victimes suisses de persécution, les milliers de personnes arrêtées à la frontière suisse et refoulées et, enfin, le courage des nombreux sauveteurs et sauveteuses de Suisse. En mémoire de toutes ces personnes et de toutes les victimes de la shoah, ce mémorial national créera un espace du souvenir et du transfert de savoir.

Victimes suisses et réfugiés refoulés

L’appel à un mémorial national s’est fait de plus en plus pressant ces dernières années. De récentes recherches ont démontré que nombreux étaient les Suissesses et Suisses parmi les victimes du régime national-socialiste. Ils ont été traqués parce qu’ils étaient, par exemple, juives et juifs, socialistes, sinti ou roma. Parmi eux se trouvaient également nombre de femmes qui, parce qu’elles avaient épousé un homme étranger, avaient perdu leur nationalité suisse et la protection qu’elle leur assurait. Ces personnes ont été persécutées, privées de leurs droits et assassinées. De même, des milliers de personnes en quête de protection, la plupart juives et juifs, ont été refoulées à la frontière suisse et précipitées vers une mort certaine. Mais il faut rappeler également les nombreuses personnes qui, en Suisse, ont combattu le national-socialisme et ont offert aide et protection aux victimes de persécution.

Un concept novateur pour rappeler, transmettre et relier

En vue de créer un tel mémorial, un groupe de projet s’est formé à l’initiative de l’Organisation des Suisses de l’étranger OSE, qui a élaboré un concept en collaboration avec l’Amitié judéo-chrétienne en Suisse CJA, les Archives d’histoire contemporaine AfZ de l’EPF de Zurich, le Centre d’études juives de l’Université de Bâle et la Fédération suisse des communautés israélites FSCI. Ce concept se propose d’aborder trois thématiques prioritaires : « rappeler – transmettre – relier ». En tant que lieu de mémoire dans l’espace public, le Mémorial sera dédié aux victimes. En tant que lieu de transmission, il mettra à disposition des informations sur les persécutions national-socialistes et les défis qu’elles représentaient pour la Suisse démocratique et il proposera la possibilité d’organiser des événements et des expositions temporaires. Enfin, le mémorial constituera un lieu virtuel de réseautage possédant une banque de données sur les victimes et établissant des liens avec d’autres lieux de mémoire et offres de formation existants. Nouveauté suisse, cette association suisse de mémoire et de médiation est jusqu’à présent unique.

Large soutien en faveur d’un mémorial national

En mai 2021, le concept finalisé a été remis au Conseil fédéral. Mais bien avant déjà, le projet bénéficiait d’un large soutien au sein de la société civile, des Églises nationales et des associations musulmanes, du monde politique et des milieux culturels. En outre en mars 2021, deux motions parlementaires avaient été déposées qui demandaient à la Confédération de créer un lieu commémoratif national. Identiquement intitulées « Lieu de commémoration en Suisse des victimes du national-socialisme », ces motions avaient été soumises par Alfred Heer (UDC) au Conseil national et par Daniel Jositsch (PS) au Conseil des États. Au sein de ces deux conseils, elles sont soutenues par une solide alliance tous partis confondus : plus d’une centaine de conseillers et conseillères nationaux, y compris tous les présidentes et présidents de groupes parlementaires, les ont signées. Et pour finir, dans sa prise de position, le Conseil fédéral a déclaré qu’il était favorable à la création d’un tel mémorial.

La FSCI est convaincue de la nécessité du mémorial

Dès les débuts, la FSCI a soutenu et encouragé ce projet. Il ne faut pas oublier les victimes du national-socialisme et de la shoah. Ici aussi, en Suisse, ces victimes et les crimes du régime national-socialiste restent profondément ancrés dans la conscience collective des juives et des juifs. Se souvenir permet aussi de tirer des enseignements pour le présent et l’avenir. En particulier, le mémorial incitera les générations montantes à une réflexion critique sur les préjugés et les discrimination.

Littérature

Spörri, Balz/ Staubli, René/ Tuchschmid, Benno 2019: Die Schweizer KZ-Häftlinge. Vergessene Opfer des Dritten Reichs, Zurich: NZZ Libro.

Azaryahu, Maoz/ Gehring, Ulrike/ Meyer, Fabienne/ Picard, Jacques/ Späti, Christina (Hg.) 2021: Erzählweisen des Sagbaren und Unsagbaren. Formen des Holocaust-Gedenkens in schweizerischen und transnationalen Perspektiven, Cologne: Böhlau.

Abonnez-vous maintenant aux News FSCI

Ce site web utilise des cookies afin de garantir le meilleur service possible aux utilisatrices et utilisateurs.

En font partie notamment des cookies essentiels au fonctionnement du site ainsi que d’autres cookies dont le but est d’établir des statistiques anonymisées, des paramètres de confort ou d’afficher des contenus personnalisés. Vous pouvez décider vous-même des catégories que vous souhaitez autoriser. Merci de noter qu’en fonction des paramètres sélectionnés, certaines fonctionnalités du site vous seront ou non accessibles.

Ce site web utilise des cookies afin de garantir le meilleur service possible aux utilisatrices et utilisateurs.

En font partie notamment des cookies essentiels au fonctionnement du site ainsi que d’autres cookies dont le but est d’établir des statistiques anonymisées, des paramètres de confort ou d’afficher des contenus personnalisés. Vous pouvez décider vous-même des catégories que vous souhaitez autoriser. Merci de noter qu’en fonction des paramètres sélectionnés, certaines fonctionnalités du site vous seront ou non accessibles.

Vos paramètres de cookies ont été enregistrés.