Fédération

Les exigences de la FSCI concernant la collection Bührle à la veille d’être acceptées

La FSCI et le président de la Zürcher Kunstgesellschaft ont eu la semaine dernière, au sujet de la collection Bührle, une discussion aujourd’hui suivie d’un entretien avec la présidente de la Ville de Zurich lors duquel celle-ci a laissé entendre à la FSCI que ses exigences concernant la collection pourraient aboutir prochainement.  

Le président de la FSCI Ralph Lewin et Jacques Lande, président de la Israelitische Cultusgemeinde Zürich ICZ, ont eu aujourd’hui avec la présidente de la Ville de Zurich Corine Mauch un entretien concernant à nouveau la problématique de la collection Bührle exposée dans l’annexe du Kunsthaus de Zurich. Ont notamment été abordées la mise en œuvre des exigences en suspens ainsi que le contrat de subvention prévu entre la Ville de Zurich et la Zürcher Kunstgesellschaft. Cet entretien avait été précédé, la semaine d’avant, d’une première rencontre entre Lewin et le président de la Zürcher Kunstgesellschaft Conrad M. Ulrich, lors duquel la FSCI avait réitéré, quant à la collection, ses exigences présentées dès novembre 2021.

Le nouveau contrat de prêt bien accueilli

Le Kunsthaus Zürich et la Fondation Collection E.G. Bührle avaient tenu en décembre 2021 une conférence de presse vertement critiquée par la FSCI en ce que les protagonistes s’étaient raidis dans une défense inflexible, donnant l’impression d’une conception douteuse de l’histoire et d’une insensibilité qui avait fortement irrité la FSCI. Lors de cette même conférence de presse, le Kunsthaus Zürich et la Fondation Bührle avaient cependant laissé entrevoir la publication du contrat de prêt déjà réclamée par la FSCI, laquelle demande maintenant que cela se fasse vraiment et que le contrat de prêt annoncé entre en vigueur le plus rapidement possible, de façon à ce que soit partiellement restaurée la confiance dans les institutions participant au processus. La Zürcher Kunstgesellschaft a d’ailleurs laissé entendre à la FSCI que le nouveau contrat de prêt pourrait satisfaire aux exigences qu’elle a formulées.

Institution prochaine d’un groupe d’experts indépendants

La FSCI exige également que soit étudiée la provenance des œuvres de la collection Bührle. Comme l’on fait remarquer plusieurs sources, cette recherche n’a pas été conduite avec l’indépendance voulue. Comme l’ont affirmé publiquement tous les participants, la provenance des toiles doit être évaluée par un groupe d’experts internationaux totalement indépendants et neutres. Assumant contractuellement la responsabilité de la recherche de provenance de la collection, la Zürcher Kunstgesellschaft devra veiller à ce que soient élucidés la provenance et l’historique de la propriété des œuvres. Après les entretiens qui ont eu lieu, il est permis, là aussi, d’espérer que ce groupe d’experts pourra être institué prochainement.

Les œuvres vendues sous la pression de la persécution doivent également être vérifiées

Lors des entretiens avec M. Ulrich, président de la Kunstgesellschaft, et Mme Mauch, présidente de la ville, s’est à nouveau posée la question de l’espace de documentation de l’exposition Bührle, dont il est convenu qu’il doit être amplifié et complété. Pour la FSCI, la priorité est toutefois d’abandonner la distinction entre art spolié et biens en fuite au profit de la désignation « biens culturels confisqués à la suite de la persécution nazie ». Le Musée des Beaux-Arts de Berne a donné l’exemple en adaptant cette désignation et en l’appliquant à l’ensemble de ses fonds de collection. Lors de sa rencontre de la semaine dernière, Ralph Lewin, le président de la FSCI, a instamment insisté auprès de Conrad Ulrich pour que le Kunsthaus Zürich mette fin à son attitude actuelle. La FSCI exige que ne soient pas seulement vérifiées les œuvres d’art confisquées par les Nazis mais également celles cédées sous la pression des persécutions nazies. Il est de la plus haute importance de trouver pour ces œuvres d’art des solutions équitables et justes. Et voici que la Zürcher Kunstgesellschaft a laissé entendre à la FSCI qu’elle allait explicitement s’aligner à l’avenir sur les recommandations de la Convention de Washington et de la Déclaration de Terezin et utiliser comme critères de sa recherche de provenance la définition internationalement reconnue de « biens culturels confisqués à la suite de la persécution nazie ».Voilà qui satisferait à une exigence centrale de la FSCI. Ce qui, toutefois, est déterminant pour elle est que la Ville de Zurich entérine ce critère dans son contrat de subvention passé avec la Zürcher Kunstgesellschaft. La présidente de la ville a annoncé à la FSCI que le nouveau contrat de subvention tiendrait explicitement compte de ce point.

La Commission nationale trouve à Zurich un large soutien

L’utilisation de la nouvelle désignation trouve un soutien politique lui venant d’une motion actuellement en suspens qui propose pour les biens culturels confisqués à la suite de la persécution nazie la création d’une commission nationale et indépendante. La ville et le canton de Zurich, ainsi que la Zürcher Kunstgesellschaft, sont favorables à la création d’une telle commission, qui pourrait par exemple intervenir pour combler les lacunes de la recherche de provenance. La FSCI soutient avec vigueur cette initiative parlementaire s’inspirant de commissions analogues existant dans d’autres pays.

La FSCI souhaite un nouveau départ pour le Kunsthaus

La FSCI apprécie les entretiens et les échanges partenariaux qui ont eu lieu jusqu’ici avec les représentantes et les représentants de la ville et du canton de Zurich ainsi qu’avec la Zürcher Kunstgesellschaft. Elle espère pour le traitement du dossier Bührle un nouveau départ en ce qui concerne le personnel du Kunsthaus Zürich. Un nouveau départ qui pourrait permettre d’établir avec le Kunsthaus un dialogue prospectif et constructif. La FSCI continuera, quoi qu’il en soit, de suivre d’un œil critique la mise en application de ses exigences et d’accompagner de près cette thématique.

Abonnez-vous maintenant aux News FSCI

Ce site web utilise des cookies afin de garantir le meilleur service possible aux utilisatrices et utilisateurs.

En font partie notamment des cookies essentiels au fonctionnement du site ainsi que d’autres cookies dont le but est d’établir des statistiques anonymisées, des paramètres de confort ou d’afficher des contenus personnalisés. Vous pouvez décider vous-même des catégories que vous souhaitez autoriser. Merci de noter qu’en fonction des paramètres sélectionnés, certaines fonctionnalités du site vous seront ou non accessibles.

Ce site web utilise des cookies afin de garantir le meilleur service possible aux utilisatrices et utilisateurs.

En font partie notamment des cookies essentiels au fonctionnement du site ainsi que d’autres cookies dont le but est d’établir des statistiques anonymisées, des paramètres de confort ou d’afficher des contenus personnalisés. Vous pouvez décider vous-même des catégories que vous souhaitez autoriser. Merci de noter qu’en fonction des paramètres sélectionnés, certaines fonctionnalités du site vous seront ou non accessibles.

Vos paramètres de cookies ont été enregistrés.